Laurent Gbagbo, un grand homme d’Etat

Hier, lors de son discours à la Nation, le Président de la république a donné une véritable leçon de démocratie et de paix à ses opposants retranchés à l’Hôtel du Golf et leurs soutiens occidentaux. Avec des mots choisis, guidé seulement par son amour pour les Ivoiriens et la Côte d’ivoire, le vainqueur de la présidentielle 2010 a tendu la main à tous ceux qui veulent marcher sur les lois ivoiriennes et les cadavres des citoyens d’Eburnie pour accéder au pouvoir.

« Je ne veux plus de guerre dans mon pays (…) ; je ne veux plus qu’un seul Ivoirien soit encore tué ». Ceux qui doutaient encore de la grande maîtrise politique et du patriotisme du président Laurent Gbagbo en sont confondus. Mais pour les autres, ceux qui le connaissent et qui l’ont pratiqué, même de loin, l’homme ne fait que respecter scrupuleusement les principes qui l’ont toujours conduit tout le long de son parcours politique.

Tout d’abord, le Président Gbagbo est un grand amoureux de l’homme dans toutes ses dimensions, particulièrement l’homme ivoirien. Ensuite, il a choisi envers et contre tout de toujours respecter les lois et règles qui régissent la vie dans son pays. C’est pourquoi, en 1993, à la mort de Félix Houphouët-Boigny, bien que sollicité pour accéder au pouvoir, il a décliné l’offre en demandant à tous de respecter l’article 11 de la Constitution d’alors que pourtant il avait combattu mais qui avait été finalement voté.

Aujourd’hui, encore, il prouve à la communauté internationale et nationale que le candidat 100% pour la Côte d’Ivoire est et demeure Laurent Gbagbo. Ce discours restera dans les annales de la jeune histoire démocratique ivoirienne comme celui de la sagesse et de la vista. Il n’a pas voulu faire comme Alassane Ouattara qui n’a pas hésité à emprisonner toute la famille Gbagbo en 1992; ni comme Henri Konan Bédié qui a emprisonné toute la direction du Rassemblement des républicains en 1999.

Le Premier de tous les ivoiriens a décidé que tout le monde peut circuler librement, même ceux qui se sont retranchés à l’Hôtel du Golf, reniant les lois de la République. Et comme souvent, le Chef de l’Etat tend la main à ses opposants en leur demandant humblement de rentrer dans la République non sans souligner que force restera à la loi.

Timothée Traoré

Commentaires

commentaires

on
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*