Sénégal : la technologie solaire au service de l’enseignement

Grâce à un don de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), CyberSmart a mis en place dans quatre établissements sénégalais un programme pilote de formation des enseignants pour leur montrer comment intégrer le TBI à la préparation des cours de mathématiques, sciences, histoire-géographie et éducation civique et partager leurs cours entre collègues. Pendant la formation, les enseignants travaillent en groupe pour élaborer des plans de cours en partageant leurs connaissances et leurs idées. L’objectif est de constituer une communauté d’apprentissage parmi les enseignants.

L’entreprise américaine CyberSmart a mis au point une technique d’application de l’énergie solaire à l’alimentation en électricité d’ordinateurs, de projecteurs de vidéos et de tableaux blancs interactifs dans des salles de classe au Sénégal.

Un ordinateur portable, un projecteur vidéo et la caméra infrarouge indispensable à la fonction interactivité sont placés derrière une surface de projection en nylon translucide. Le matériel et les câbles sont hors de la vue des élèves, qui contrôlent l’ordinateur à l’aide d’un stylet qu’ils font glisser sur l’écran en nylon.

Dans une école en milieu rural, un jeune Sénégalais utilise un stylet infrarouge pour contrôler l’écran d’un ordinateur qui est projeté sur un tableau blanc interactif. Conçue par l’entreprise américaine CyberSmart, cette technologie s’appuie sur un dispositif bon marché alimenté à l’énergie solaire et qui accompagne une pédagogie à la fois centrée sur l’élève et de nature à encourager l’acquisition des savoirs de base par toute la classe.

Les éléments peu gourmands en électricité qui sont utilisés avec l’écran translucide en nylon sont conservés dans une table de rangement par mesure de sûreté, de sécurité et de facilité d’accès. Les divers éléments, câbles y compris, sont placés dans des sections matelassées, et la porte du meuble se ferme pour le transport. La hauteur de la table est fonction de la taille de la surface de projection et de l’emplacement du projecteur.

Le matériel didactique contient des cartes et des fonds de cartes. Les enseignants peuvent mettre en valeur des détails grâce à la fonction « zoom in », préparer des exposés et remplir les fonds de cartes avec les élèves. Les cartes indiquent l’emplacement des régions et des villes au Sénégal.école au Sénégal

Les panneaux solaires portables absorbent la lumière du soleil dans la journée et ils sont roulés comme un tapis le soir avant d’être rangés. Ils rechargent une batterie qui alimente les divers composants du tableau blanc et qui peut être déplacée d’une salle de classe à une autre.

Tous les élèves ont les yeux fixés sur le tableau blanc en nylon, qui peut être facilement déplacé d’une classe à l’autre pendant la journée. Le modèle portable fonctionne sans électricité et s’adapte à tous les environnements, y compris aux établissements délabrés. Les batteries des TBI sont rechargées par des panneaux solaires. Cette installation on ne peut plus simple montre bien qu’une méthode moderne d’enseignement n’est pas nécessairement grosse consommatrice d’énergie. Au lieu de construire une infrastructure électrique complexe ou de s’y raccorder, les institutions hors-réseau des pays en développement ont une solution bon marché et peu gourmande en énergie à leur portée.

Des enseignants écoutent les conseils de Saliou Sall, consultant de CyberSmart au Sénégal qui anime ici un cours de formation. En outre, il dirige l’élaboration du programme de mathématiques au niveau primaire dans une école normale de Dakar.

Jim Teicher, à droite, directeur des services pédagogiques de CyberSmart Africa, déjeune avec quelques instituteurs de l’École Sinthiou Mbadane1 située en milieu rural et qu’il avait visitée en tant que touriste.

Commentaires

commentaires

on

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*