Vieillir en bonne santé ?

On vit plus longtemps en bonne santé dans les pays développés, selon une enquête du National Bureau of Economic Research (NBER) portant sur 10 000 personnes. Les Français seraient en meilleure santé que les Américains, selon les experts de Cambridge et de Harvard sollicités par le Bureau national de recherches économiques.

Un rapport américain du Bureau national de recherche économique (NBER) montre qu’on vit de plus en plus longtemps en bonne santé, et que les problèmes graves comme les maladies chroniques (diabète, arthrose, …)nnuis de santé graves surviennent dans les dernières années de l’existence.

En se basant sur les données de l’étude Medicare Current Beneficiary Survey (MCBS), les experts de Cambridge et de Harvard sollicités par le National Bureau of Economic Research ont confirmé une augmentation de la durée de vie sans invalidité et une réduction de la durée de vie avec invalidité aux Etats-Unis.

Ce rapport montre que la compression de la morbidité, qui se caractérise par une survenue de plus en plus tardive des incapacités et de la dépendance chez les personnes âgées à mesure qu’augmente l’espérance de vie dans les sociétés occidentales, est plus marqué en France, où l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé œuvre pour l’acquisition d’aptitudes individuelles de protection de l’autonomie et de prévention des incapacités via des campagnes de communication grand public. Les autorités sanitaires françaises s’attachent à renforcer les compétences des professionnels médico-sociaux ainsi que celles de l’entourage familial des personnes âgées par des publications, enquêtes et partenariats stratégiques.

Hypertension artérielleUne étude menée par le Pr Morten Wahrendorf de l’University College de Londres (UCL) et publiée dans la revue en ligne PLoS One montre que «les incapacités(réduction de la mobilité et difficultés dans les activités de la vie quotidienne surviennent plus tôt et plus fréquemment dans les pays où les inégalités socio-économique sont les plus prononcées et qui ont les politiques sociales les moins développées.

Dans les pays développés, la promotion de la santé est basée sur une prise en compte des facteurs socio-environnementaux. Cette démarche participe au vieillissement actif des personnes et au développement des liens intergénérationnels. En France par exemple, l’Inpes fournit aux plus de 55 ans des informations et des conseils pour être acteurs de leur santé dans des domaines variés tels que l’activité physique, l’alimentation, les fonctions cognitives, le sommeil, la vie affective, les accidents de la vie courante, les dépistages, etc.

Les pays en développement pourraient s’en sortir s’ils mettaient à la disposition des professionnels médico-sociaux qui travaillent avec les personnes âgées, des outils de prévention et d’éducation pour la santé consacrés entre autres à la prévention des chutes, à l’alimentation, aux risques climatiques.

Commentaires

commentaires

on

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*