Un excès de travail peut-il tuer ?

Moritz Erhardt jeune stagiaire à la Bank of America Merill Lynch de Londres âgé de 21 ans, , a été retrouvé mort après avoir travaillé jusqu’à 6 heures du matin les trois jours précédant son décès.

De nombreuses études ont en effet montré les effets délétères d’une surcharge de travail de travail et du manque de sommeil sur l’organisme. Spécialiste du sujet, le neurologue taïwanais, Der-Shin Ke indique que la mort par épuisement au travail, ou Karoshi, s’expliquerait par des journées de travail trop longues et un stress important, mais aussi par des horaires décalés ou un environnement pauvre en interactions amicales ou familiales.

Valérie Langevin, de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) affirme : « La littérature scientifique des dernières années montre clairement qu’accumuler un nombre d’heures de travail important a un impact majeur sur la santé à la fois psychique et physique ».

Neurobiologiste à l’Inserm et auteur de « Mécanismes du sommeil », Claude Gronfier explique pour sa part que le « métabolisme » peut être « touché », précisant qu’un manque de sommeil peut agir sur l’utilisation de sucres, le stockage des graisses ou la sécrétion hormonale. Et de préciser qu’« une dette de sommeil modifie la sensibilité des neurones aux différents neurotransmetteurs.

Leur fonctionnement s’en trouve perturbé ce qui peut intensifier les symptômes de certaines pathologies neurologiques telles que l’épilepsie ».Pesticides

Commentaires

commentaires

on

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*