Bilan du Plan cancer 2009-2013

Le rapport final sur le bilan du Plan cancer 2009-2013 publié le 22 août 2013 par la Direction générale de la santé (DGS), montre qu’entre 2009 et 2012, les moyens ont été mobilisés à hauteur de 85 % et que parmi les 118 actions prévues et engagées, 60% ont été déjà réalisées ou le seront d’ici la fin de cette année.

Mille nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués quotidiennement en France et quatre cents personnes en décèdent chaque jour. Si l’incidence des cancers a augmenté au cours des trente dernières années, la mortalité a reculé grâce aux progrès thérapeutiques et à l’impact des diagnostics plus précoces. Les perspectives en termes de guérison et de survie à long terme évoluent très favorablement mais avec de grandes différences selon les types de cancer et toujours de fortes répercussions dans la vie pendant et après la maladie pour les personnes atteintes et leurs proches.

Face à cet enjeu de santé publique, les gouvernements successifs ont, depuis 2003, soutenu la mise en place de deux Plans cancer. Le premier Plan a jeté les bases de l’organisation de l’offre de soins et a développé la prévention et le soutien à la recherche. Tout en consolidant les acquis du Plan précédent, le Plan cancer 2009-2013 a impulsé un nouvel élan, en accélérant le transfert des avancées de la recherche au bénéfice des malades. Il a aussi ouvert de nouveaux chantiers, tels que l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes et la réduction des inégalités de santé face au cancer.

La mise en oeuvre de ces plans a insufflé une dynamique forte grâce à l’implication des acteurs institutionnels, associatifs et des professionnels et à la mobilisation de moyens importants. Les agences régionales de santé ont fait de la lutte contre le cancer une priorité de leurs projets régionaux de santé et se sont investies dans de nombreuses actions en déclinaison des orientations nationales.

CancerLe Plan cancer 2009-2013 a permis de renforcer la qualité et la sécurité des soins sur l’ensemble du territoire. Les organisations adaptées sont en place pour la prise en charge des enfants atteints de cancer, des patients âgés ainsi que des personnes atteintes de cancers rares. L’accès à la médecine personnalisée et la participation aux essais cliniques ont fortement progressé. Le Plan a aussi permis de soutenir les innovations thérapeutiques et d’accélérer le transfert en clinique des données de la recherche, notamment dans le domaine de la génomique des cancers ; des actions qui confortent la visibilité de la France à l’international.

Ce Plan a œuvré au renforcement de la qualité et de la sécurité des soins sur l’ensemble du territoire. Des organisations ont été adaptées pour la prise en charge des enfants atteints de cancer, des patients âgés ainsi que des personnes atteintes de cancers rares. L’accès à la médecine personnalisée et la participation aux essais cliniques ont également progressé. Le Plan s’est aussi engagé dans des voies nouvelles pour soutenir les innovations thérapeutiques, et faire progresser la recherche, notamment dans le domaine de la génomique des cancers.

Afin d’assurer une continuité des parcours des patients, les programmes personnalisés de soins et de l’après cancer ont été expérimentés. La coordination entre équipes hospitalières et intervenants de ville, en particulier les médecins traitants, demande toutefois à être renforcée.
Une démarche de détection précoce des besoins sociaux et d’accompagnement a été mise en place ; cependant la prise en compte du retentissement de la maladie et des traitements sur la vie sociale et professionnelle reste à améliorer.

Les efforts sont également à poursuivre pour mieux comprendre les inégalités face au cancer et agir plus efficacement pour les réduire. A ce titre, l’annonce d’un nouveau Plan cancer doit permettre de renforcer la prévention des principaux facteurs de risques de cancer, dont le tabac, et d’envisager de nouvelles stratégies pour améliorer l’efficacité et l’accès au dépistage des cancers.

Ce bilan du Plan cancer 2009-2013 qui sera complété par une évaluation du Haut conseil santé publique (HCSP) en 2014 permet ainsi d’alimenter la réflexion sur le troisième Plan cancer annoncé par François Hollande, Président de la République, le 4 décembre 2012.

Le travail d’élaboration de ce troisième Plan, actuellement en cours, est placé sous l’égide de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il sera nourri des recommandations du Pr Vernant, qui remettra son rapport aux deux ministres le 30 août prochain.

Commentaires

commentaires

on

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*