Grossesse et piscine : un risque d’allergies accru pour l’enfant à naître

L’exposition précoce et prolongée de la femme enceinte à différents produits chimiques utilisés pour désinfecter la piscine comme le chlore, par exemple favoriserait chez l’enfant à naître le développement de certaines pathologies comme des allergies, de l’eczéma ou encore des dermatites atopiques. Telles sont les conclusions d’une étude scientifiques menées par des chercheurs du St John’s Institute of Dermatology et de l’Université de Manchester.

La natation a toujours été considérée comme ayant des vertus relaxantes et bienfaisantes. Pour les femmes enceintes, l’eau permet non seulement de se dépenser physiquement mais également de soutenir le poids supplémentaire que représente le bébé. Une étude publiée dans le British Journal of Dermatology pourrait bien venir remettre en question les bénéfices de la natation en cours de grossesse… au moins dans les piscines.

Pourquoi l’exposition au chlore favoriserait-il le développement d’allergies pour l’enfant ? Les différents produits utilisés pour purifier la piscine en réduisant l’exposition aux microbes et aux germes conduiraient les enfants à avoir des systèmes immunitaires de moins en moins habitués à réagir aux bactéries qui les entourent. Ceci aurait comme conséquence le développement d’allergies de plus en plus fréquentes. Les chercheurs ont découvert que ces produits chimiques utilisés fréquemment auraient multiplié par cinq les risques d’allergies pour l’enfant en cinquante ans. La hausse du nombre d’allergies serait donc lié à un environnement trop assaini.

Selon les spécialistes,  en effet, notre mode de vie aseptisé limiterait le contact des enfants avec les micro-organismes environnants, empêchant le système immunitaire de se développer comme il faut. Les défenses de l’organisme réagiraient alors de manière exagérée au contact de certains éléments inoffensifs, comme le pollen par exemple. C’est ce qu’on appelle l’hypothèse hygiéniste. L’organisme des enfants d’aujourd’hui, parce qu’il n’est plus habitué aux germes, aurait davantage tendance à réagir dès qu’il entre en contact avec un produit irritant. Il devient ainsi plus susceptible de développer une allergie.

La baignade régulière de la femme enceinte dans l’eau de piscine entrainerait le fœtus a être au contact avec les différents produits chimiques de la piscine. Ce contact conduirait le système immunitaire du bébé à se modifier, ce qui le rendrait plus sensible à l’asthme, à l’eczéma ou au rhume des foins.

Il serait ainsi plus bénéfique aux femmes enceintes de se baigner dans un eau de piscine pas trop propre ou dans de l’eau de mer car le foetus développerait davantage son système de défense.

Les auteurs de cette étude, qui attendent des résultats plus approfondis, ne remettent cependant pas en question la natation en piscine pendant la grossesse.

La piscine pendant la grossesse, un risque d'allergies pour le bébé

Commentaires

commentaires

on

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*