Des perturbateurs endocriniens dans les produits d’hygiène et de beauté

40 % des produits d’hygiène et de beauté contiendraient au moins un perturbateur endocrinien (PE), selon une étude publiée vendredi par l’institut indépendant de notation Noteo en partenariat avec le Réseau environnement Santé (RES). Sur la plus haute marche du podium, on trouve les vernis à ongle qui sont 74 % à avoir au moins un perturbateur endocrinien dans leur composition, et les fonds de teint (71 %).

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances dangereuses pour la santé en raison du fait qu’ils interfèrent avec la régulation hormonale des êtres vivants. L’organisation mondiale de la santé vient d’affirmer, dans un rapport publié en février 2013, que les PE constituaient une « menace mondiale » pour la santé mais aussi pour l’environnement.

Le perturbateur endocrinien est une molécule ou un agent chimique composé, xénobiotique qui a des propriétés hormonomimétiques, à savoir que sa structure ressemble à celle des hormones naturelles, et peut en raison de cela agir pour venir perturber la régulation hormonale (en raison de cette ressemblance, les récepteurs hormonaux de l’organisme confondent l’une et l’autre).

Trouvés dans les produits d’hygiène mais également dans les contenants alimentaires, les pesticides, les appareils électroniques et certains additifs alimentaires, les perturbateurs endocriniens entrant dans la composition des produits d’hygiène et de beauté sont surtout les parabènes (23 %) et le cyclopentasiloxane (15%). Le triclosan n’est présent que dans 1,3% des produits.

Les PE, en agissant même à très faibles doses sur l’équilibre hormonal, viennent altérer des fonctions comme la croissance, le développement, le comportement ou l’humeur, mais aussi l’utilisation et le stockage de l’énergie, le sommeil. Ils interfèrent également sur l’hémodynamique et la circulation sanguine, la fonction sexuelle et reproductrice (impact sur la fertilité). Ils seraient enfin liés à l’augmentation du nombre de cancers, principalement ceux du sein et de la prostate, mais aussi à l’explosion des accidents cardio-vasculaires, aux maladies neuro-dégénératives et de l’obésité.

Selon la nouvelle étude réalisée par Noteo ayant portée sur l’analyse de 15 000 produits près de 40 % des produits d’hygiènes et de beauté contiennent au moins un perturbateur endocrinien. Si les vernis à ongle et les fonds de teint sont particulièrement concernés (74 % et 71 % respectivement en contiennent), d’autres produits n’en sont pas exempts comme 51 % des produits de maquillage pour les yeux, les démaquillants (43 %), les rouges à lèvres (40 %), les soins du visages (38 %). Les déodorants (36 %) comme les dentifrices et les shampoings en contiennent également, pour 30 % et 24 % d’entre eux respectivement.

30 % des dentifrices contiennent des perturbateurs endocriniens

Commentaires

commentaires

on

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*